Les étapes...

Afrique

Namibie–Botswana–Zimbabwe. Circuit en 4x4 du 18 mars au 11 avril 2014. Aventure et sensations fortes…

Asie

Thaïlande-Birmanie-Laos-Vietnam-Cambodge-Indonésie. Du 12 avril au 9 août 2014. Plongée et riz à volonté !

Océanie

Australie-Nouvelle Zélande. Trip en van du Nord au Sud du 10 août au 12 octobre 2014. Roots’n roll !

Amérique latine

Chili-Argentine-Bolivie-Pérou-Brésil. Du 13 octobre 2014 au 11 mars 2015. Liberté et cours d’espagnol…

13 Oct 14

Sound of silence

0 notes Reblog Comments

Nouvelle-Zélande. Ile du sud. Pointe nord. Regardez donc à la loupe cette partie si discrète du pays : ici, la terre se transforme en dentelle. Il s’agit en réalité d’un dédale de criques, de caps, de pics, de plages formés lorsque la mer a inondé les profondes vallées du détroit après la période glacière.

Porte d’entrée grandiose de l’île du sud, les Malborough Sounds, comme on les appelle, annoncent d’emblée la couleur. On ne les avait pourtant pas fait figurer dans la liste de nos incontournables en Nouvelle-Zélande mais elles ont été LA belle surprise du périple !

Depuis le ferry qui nous a menés de Wellington (la capitale, au nord) à la petite ville de Picton (au sud), on avait déjà admiré ces mystérieuses montagnes.  Cette partie du pays paraissait alors encore plus sauvage que ce qu’on avait pu voir auparavant ! A moins que ça ne soit pas qu’une impression…

image

Vu de l’intérieur, c’est presque indécent tellement c’est beau !  Ce qui se cache en fait derrière cette masse de montagnes est juste splendide. Paradis de la randonnée, les Malborough Sounds recèlent de chemins en forêt, à flan de falaise ou sur la plage. Autant dire qu’on a bien fait de s’y attarder un peu…

image

Pour des personnes sensées, ce petit paradis serait donc l’endroit idéal pour rêver, méditer, se reposer. Mais nous, on a choisi une option un peu plus…sportive pour explorer les lieux : le mountain biking ! Autrement dit, le vélo cross. Mais attention, on ne parle pas de VTT ! Non non, le VTT est au vélo cross ce que la Vache qui rit est au fromage si vous voyez ce qu’on veut dire ^^ D’ailleurs, les roues de nos engins de compétition étaient aussi épaisses que celles des scooters en Asie (c’est dire…). On est donc montés sur nos vélos à 1500$ et on a commencé à grimper, grimper, grimper… Rien n’a pu nous arrêter : pierres, racines, cours d’eau, boue, aucune excuse pour faire une pause, les mountain bikes, ça surmonte (presque) tous les obstacles ! 

image

image

Au final, on aura parcouru 35km sur le Queen Charlotte Track, ce sentier de randonnée qui serpente la côte sur 70km, célèbre pour les sites historiques et la beauté des paysages qu’on y découvre. Au passage, notons qu’on a trouvé un petit spot de pique-nique assez sympa, si vous voulez on vous filera l’adresse…

image

Sur le chemin retour, on n’aura pas fait beaucoup travailler les freins, on était les Sébastien Loeb du vélo cross (à peu de chose près) ! On a quand même pris le temps d’observer la flore hyper dense de la forêt des Malborough Sounds. Stoooooooop ! C’est l’heure de la petite parenthèse « mise au vert » ! Admirez la transition…
80% des 2500 espèces indigènes, conifères, arbustes, plantes à fleurs etc, sont uniques à la Nouvelle-Zélande ! Les fougères font partie du paysage néo-zélandais et sont très répandues : il en existe 189 espèces ! La silver fern (fougère argentée) est d’ailleurs un des symboles du pays et l’emblème des All Blacks ! Nos préférées sont les très étonnantes fougères « cheveux de jeune fille » avec leurs feuilles mortes devenues noires qui pendent le long du tronc. On n’avait encore jamais levé la tête pour regarder des fougères mais c’est désormais chose faite, les plus hautes ressemblent à des palmiers ! Intéressante cette parenthèse non ?

image

En tout cas, cette première expérience avec des mountain bikes a remporté un grand succès, on a adoré ! Elle nous aura permis de remettre nos muscles en marche après quelques milliers de kilomètres parcourus en van depuis mi-août… Un décrassage pas vraiment en douceur qui contraste avec l’incroyable calme qui se dégage de cette côte déchiquetée par l’océan.
Ce challenge sportif dans un environnement magique aura magnifiquement clôturé notre séjour sur l’île sud du pays.  Et maintenant, cap au nord !

image

7 Oct 14

L’âge de glace

0 notes Reblog Comments

Elles s’étendent sur 650 km de long, elles ont été exploitées pour leurs ressources en or et en jade, elles nous ont ébloui pendant notre séjour sur l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, elles imposent à elles seules le respect et ne peuvent laisser personne indifférent. Leurs plus hauts sommets sont enneigés toute l’année et offrent un décor des plus magiques à qui sait l’observer.
Hommage aux plus hautes montagnes d’Australasie, les Southern Alps.

Tout a commencé par une surprise… Remettons les choses dans leur contexte : comme chaque soir, nous cherchons un endroit gratuit où dormir dans notre van (et ça ne court pas les rues !). On jette finalement notre dévolu sur ce site isolé de Westport dont on ne distingue pas grand-chose puisqu’il fait déjà nuit à notre arrivée. Une certitude : on est seuls et l’océan n’est qu’à quelques mètres des roues de Polo (oui tous les vans ont le même prénom). Mais c’est au petit matin qu’on a pris conscience du petit paradis dans lequel on était. Parce que quand on ouvre les yeux et qu’on voit ça :

image

…et bien on sait que la journée va être bonne ! J Ah d’accord, parce que d’un côté c’est la mer, et de l’autre on voit les montagnes enneigées (la partie nord des Southern Alps)… On va peut-être s’attarder dans le coin nous si vous n’y voyez pas d’inconvénient…

image

image

image

L’histoire se poursuit par…une autre surprise ! Décidemment… Alors que le soleil tape sur les magnifiques et très énigmatiques Pancakes Rocks (les néo-zélandais sont des gens imaginatifs…), on s’aperçoit qu’à l’horizon, ce sont bel et bien les Southern Alps qui pointent le bout de leur nez. Tel l’appât au bout de la canne à pêche (référence à nos tentatives de pêche soldées par des échecs cuisants…), la chaine de montagne tente de détourner notre attention des improbables formations rocheuses sous nos pieds (les scientifiques ne parviennent toujours pas à expliquer la formation de ces « pancakes ») ! Mais elle ne nous aura pas aussi facilement : on ne rencontre pas non plus tous les jours des milliers de pancakes solidifiés au bord de l’océan déchainé…

image

image

Malgré toute la résistance dont on avait fait preuve jusqu’ici, nous avons finalement décidé de céder à la tentation et d’aller voir de plus près ces sommets enneigés qui rendent les paysages de l’île du sud si singuliers… Il faut savoir que deux des glaciers les plus accessibles au monde se trouvent dans cette chaine montagneuse : le Franz Josef et le Fox Glacier. Nous voilà donc partis à l’assaut des glaciers (enfin…  c’est 400$/personne pour grimper directement sur la glace, on restera donc les pieds au sec sur les chemins de randonnée) ! Les points de vue sont à environ 200m car les glaciers bougent et se déplacent (et le réchauffement climatique ne ralentit pas les mouvements…). D’autant plus que les deux plaques terrestres qui se rencontrent sous nos pieds (même pas peur !) font grandir les Southern Alps de 10 à 20 mm par an ! La nature nous surprendra toujours.
Bien qu’impressionnants, les glaciers ne pourraient pas vraiment être qualifiés de magnifiques. La glace de plusieurs mètres d’épaisseur se mélange à la couleur de la roche qui l’entoure et devient quelque peu… grisâtre. Mais quand les glaciers sont sous le soleil, ce qui était le cas pour nous (chance incroyable quand on sait que 15 mètres de pluie se déversent en moyenne chaque année ici…contre 0,6 mètre à Paris !), on peut observer les cavités bleues turquoises formées dans la glace. On ne vous montre que les photos du Fox Glacier parce qu’il nous a réservé une jolie surprise sur le chemin de randonnée (et comme c’est le thème on dirait…) : un mini lac aux couleurs plutôt étonnantes (qu’on n’explique toujours pas, alors si vous avez des pistes on est preneurs) :

image

image

image

image

On est sympas, on vous a réservé le meilleur pour la fin… Notre coup de cœur absolu : le lac Matheson alias « lac miroir »… Déjà en y allant depuis notre super camping (gratuit) de la veille, on avait une vue imprenable sur le Fox glacier (cette sorte de gigantesque rivière glacée), mais une fois arrivés à destination, la magie opère instantanément. Les sommets qu’on observe alors sont les 2 plus hauts de Nouvelle-Zélande : le Mont Tasman (3498 mètres) et le très vénéré Mont Cook (3754 mètres). Attention, âmes insensibles s’abstenir.

image

image

image

Enfin, on ne manquera pas de mentionner les superbes montagnes qui bordent la côté est et qui nous auront permis de terminer ce périple alpin en beauté. A Kaikoura, le Mont Manakau (2610 mètres) et ses acolytes nous offrent une fois encore un décor tout droit sorti de l’imaginaire. Ici, c’est mer, phoques, nature et montagnes. Love it !

image

Alors voilà, on connaissait les montagnes, on connaissait les lacs, les forêts, les plages, le beau temps, mais quand tout se combine, on obtient un résultat des plus grandiose. Mille mercis Madame Aotearoa (« terre du long nuage blanc » en maori) pour ce spectacle au quotidien.
Show must go on !

image

6 Oct 14
0 notes Reblog Comments
- Tu remets ton t-shirt qui sent la transpiration ?
- Ba ouai, il sent plus, ça a séché !

Le voyage, ça vous change un homme…
Nico, au top de son sex-appeal

5 Oct 14
0 notes Reblog Comments

L’amour est dans la ferme !
Ca y est, nous voilà en Nouvelle-Zélande ! Qui dit nouveau pays, dit nouvelle expérience… Nous avons donc choisi de passer une petite semaine dans une ferme kiwi (sur la cote ouest de l’île du sud) composée de 142 vaches, afin de renflouer les caisses et de vivre un quotidien quelque peu…différent. Le deal ? On bosse 5h/jour pour entretenir la propriété de Katherine et John et en échange on est logés et nourris. On a adoré se sentir utiles, retaper les cages à poules et nourrir les petits veaux de 2 jours au biberon ! On a moins aimé nettoyer la merde des vaches lol. Mais bon, les soirées au coin du feu et les succulents dîners de Katherine ont fait passer la pilule ;) Et puis, on a travaillé ensemble et on ne s’est même pas taper dessus ! Challenge relevé !

5 Oct 14

Le choix du roi

0 notes Reblog Comments

Au royaume de la diversité et du contraste entre les paysages, l’Australie serait probablement parmi les sujets les plus notables. Alors qu’au nord de la cote, les eaux cristallines font le spectacle, ce sont les canyons et les montagnes qui dominent au sud. La faune est d’une diversité incroyable et les activités sont multiples : sous l’eau, sur terre ou dans les airs, il y a toujours de quoi faire ! Les villages composés d’une seule rue côtoient le gigantisme des villes comme Sydney ou Melbourne. Bref en un peu plus d’un mois, on a l’impression de visiter 3 pays différents ! Pas mal comme perf non ?
Une chose est certaine, ici, c’est la nature qui est reine !

Ce qu’on retient de notre voyage sur la cote est australienne :

Alex

  • Le quotidien en van. Quel plaisir de retrouver un chez soi après 4 mois de vadrouille en Asie. Fini le sac à dos, à nous les petits plats mijotés, bonjour le « confort » ! Vive les soirées poker, les apéros saucisson/fromage (merci Guillaume !), les triples duvets pour se tenir chaud et l’appli Wikicamps qui nous aura bien sauvé la mise ! Euh, au fait, on se douche où aujourd’hui ?

  • La seule plongée du séjour dans ce paradis sous-marin… Celle sur la Grande barrière de corail ! J’ai adoré et franchement voir autant de couleurs et de coraux, ça ferait presqu’oublier qu’on se les gèle grave !

  • Whitehaven beach ou la plus belle plage que j’ai vue ! Admirée de haut avec ses eaux cristallines et son sable blanc, elle sort tout droit du paradis…

  • Les lieux publics incroyablement bien équipés et entretenus : barbecues, toilettes, lagons, wifi dans les parcs, terrains de sport… Et tout ça gratuit ! Les Australiens respectent vraiment tout ce qui est mis à leur disposition et jamais je n’avais voyagé dans un pays aussi propre. Une vraie leçon de savoir-vivre où tout le monde y trouve son compte !

  • Sydney, Mikey et Peter. Vivre, manger, échanger, découvrir avec des Australiens. Une banalité en somme mais qui n’était jusqu’à l’Australie pas si évidente (non pas que les asiatiques parlent peu anglais mais quand même… ^^) ;

  • La nature à l’état brut à Byron Bay, dans les parcs nationaux et sur la Great Ocean Road. Canyons, montagnes, falaises, rivières rouges, arches, fôrets, océan déchainé… Juste un mot : WAHOU !

  • Fraser island, les nuits en tente et la conduite du 4x4 dans le sable… Une super expérience en groupe et avec un guide des plus… extravagant !

  • Les vacances avec la belle-famille ! Toujours partante, une équipe au top ;) Vive le muesli, les wraps et le shiraz. Merci pour tout !

  • Les animaux présents partout et qui font complètement partie du décor ! Le camping avec les kangourous, les perruches qui viennent manger sur nous et la visite de l’hôpital des koalas auront été les éléments marquants de ces rencontres pas comme les autres ;

  • La météo capricieuse qui nous aura empêchés de profiter pleinement des Whitsunday islands, de Noosa et Bondi Beach. Mais bon, on ne peut pas tout avoir je crois…

  • Les premiers cours d’espagnol deux mois avant le débarquement en Amérique Latine ! Hablamos espanol muy bien…

  • Melbourne, le quartier de St Kilda et la douceur de vivre qui y règne. Pourquoi pas y revenir… pour quelques mois ?

  • Le « Assie spirit » et la simplicité des relations avec les Australiens. Tellement facile de nouer un contact quand les personnes qui vous entourent sont enclines à la discussion et pleines de bonnes intentions… 

Nico

Un retour 8 ans plus tard et une question en tête, à quel point le pays a-t-il changé ?
La bonne nouvelle, c’est que le pays sait préserver son environnement et a donc gardé toute sa splendeur. La mauvaise c’est que les prix n’ont, par contre, pas été préservés… Les Australiens ont bien compris que leur pays est exceptionnel.
Avoir fait le voyage en van (à la différence du bus lors de ma dernière visite), a été une super expérience et nous a permis de voir encore plus de pays, rencontrer les “purs” Australiens et se rendre compte à quel point ce pays est très grand… On a quand même roulé près de 4500 km de Cairns à Melbourne !

L’Australie nous a apporté l’immensité que nous recherchions, celle à laquelle nous avions goûté en Indonésie.

Ce que je retiendrai :

  • Ces 2 semaines avec mes parents et ma sœur. Quel bonheur d’avoir partagé cette expérience avec vous. Les campings super sympas, la balade en bateau, les belles balades à pied, les Yams…

  • Fraser Island – Whitsunday Island – Deux des merveilles de l’Australie partagé avec Guillaume qui aura découvert comme nous les joies du camping en Australie (hhmmm les bonnes douches froides au lagon de Cairns ) :)

  • La plongée épique sur la grande barrière de corail avec la canadienne qui perd le groupe et le japonais qui consomme sa bouteille en 15 minutes. Heureusement les fonds étaient magnifiques ;

  • Les très fortes pluies qu’on a pu avoir certains jours (surtout au début). On a ensuite compris qu’il fallait rouler en fonction des conditions météo :D

  • Beaucoup de nostalgie dans les endroits que j’ai connus des années auparavant ;

  • Les retrouvailles avec Mikey et Peter à Sydney et la rencontre de mes parents ;

  • L’hôpital des koalas à Port Macquarie avec la famille, les kangourous dans le camping de la Great Ocean Road, la dizaine de perroquets multi-couleurs qui s’est posée sur nous, la barrière de corail… quelle faune !!!

  • Les différentes campagnes australienne : ses paysages, ses couleurs et sa grandeur. Le Van est définitivement le meilleur moyen de voyager !

  • Notre chez nous Polo ! On a été bien contents de retrouver un « chez nous » après 4 mois à trimbaler nos sacs à dos en Asie ;

  • Les galères pour trouver des emplacements gratuits/autorisés ou pour se cacher des rangers/police et cette nuit passée dans le camp de nudiste ou encore dans le jardin d’un arbitre de Bowling rencontré dans l’après-midi ! Merci pour l’accueil !

  • Melbourne ! Mon coup de cœur des villes en Australie. Et pourtant j’avais déjà vécu dans les deux villes et j’étais un pro-Sydney. Peut être qu’en prenant de l’âge, on n’apprécie pas les même choses…

  • La grande différence de mode de vie entre les grandes villes (Brisbane, Melbourne, Sydney) et le reste de la côte est où on retrouve des petites villes en mode far west avec des maisons en préfabriqués ;

  • La qualité des infrastructures mises à disposition des voyageurs et la propreté du pays dans son ensemble. Tout est nickel et c’est tellement plus agréable ;

  • La qualité de vie que nous avons senti, particulièrement à Melbourne, nous a donné envie de rester quelques mois supplémentaires avant de repartir dans notre tour du monde. Ce que nous n’avons pas fait ;)

Beaucoup de choses à raconter sur ce mois et demi en Australie, cela restera un des grands moments de notre voyage. Les amis et la famille l’ont rendu encore plus mémorable et émouvant.

La prochaine fois que je reviendrai, ce sera probablement pour m’y installer… Préparez-vous à faire des heures de vol :D

26 Sep 14
0 notes Reblog Comments

30 millions d’amis…
Que serait l’Australie sans ses animaux sauvages ? Depuis l’Afrique, on n’avait pas été autant émerveillés devant des oiseaux, on n’avait encore jamais campé à côté d’une troupe de kangourous, ni même visité un hôpital de koalas ! 
C’est désormais chose faite et franchement, ça ajoute un brin de folklore à ce pays déjà si singulier…

De haut en bas, de gauche à droite : koala, pensionnaire de l’hôpital de Port Macquarie (adoptez un koala ici ! Amis fundraisers, il y a peut-être de bonnes idées à prendre…), koala en liberté et éveillé (!!!) rencontré sur la Great Ocean Road (Victoria) ; perruches affamées et sans gêne (Great Ocean Road, Victoria) ; iguane du jardin botanique de Brisbane (Queensland) ; kangourous ayant élu domicile au camping de Princetown , Victoria (au moins 50 spécimens rien que pour nous !) ; oiseaux en tout genre : pélicans, ibis, cassowary (cet énorme oiseau aux pattes de dinosaure !) et enfin le très classe cockatoo bird !

26 Sep 14
0 notes Reblog Comments

Les grandes villes australiennes
Toujours extrêmement bien entretenues, les villes d’Australie se distinguent par leur propreté et les immenses tours de leur centre-ville.Mais pas que…

Brisbane, la discrète : on a adoré son jardin botanique, la vie le long du fleuve, les navettes fluviales gratuites, la ville à taille humaine !
Sydney, la moderne : on aura vu l’Opéra House et le Harbour Bridge sous toutes les coutures ! Mais on ne se lasse pas de ces symboles de la ville… On retiendra le vent dans Darling Harbour, la vue depuis chez Mikey, la balade en bateau dans la baie, l’effervescence du city center et les mouettes enragées de Circular Quay !
Melbourne, la sublime : c’est notre coup de coeur ! On comprend pourquoi l’éternelle rivale de Sydney figure depuis 3 ans à la première place des villes les plus agréables à vivre ! On a adoré St Kilda, Southbank, le Crown Casino, le H&M où on doit faire la queue pour entrer, la vie de quartier, le beau temps qui était au rendez-vous !



20 Sep 14

On the road again !

0 notes Reblog Comments

Chacun sa route, chacun son chemin, passe le message à ton voisin…
Bienvenue sur la côte est australienne, celle qui concentre la majeure partie des habitants et de l’économie du pays !
Bien qu’au bout du monde, on a été très entourés dans cette étape de notre voyage : grâce à Guillaume, qui a partagé l’épopée de Cairns à Brisbane et à Pascale, Didier et Lulu, présents de Brisbane à Sydney, on s’est sentis comme à la maison ! Merci !!!

Organisées, propres, en construction, bien entretenues, les routes australiennes sont à l’image de la côte.  On se souviendra de ces routiers qui ont tous des camions « oversized » et qui dépassent les voitures, de ces stations service où on peut prendre des douches chaudes gratuitement, des messieurs au chapeau de cow-boy et au panneau « stop/slow » sur les zones en travaux…
Mais ce qui nous a le plus marqué, c’est la signalisation omniprésente : des panneaux pour dire qu’il y a beaucoup de vent dans la zone, que des personnes âgées ou handicapées sont susceptibles de traverser ICI (!!!) ou qu’on se trouve sur une « high fatigue area ». Ce dernier panneau, c’est notre favori ! Surtout quand il est accompagné de questions (« Quel est le plus haut sommet du Queensland ? », « Quelle est la particularité de la ville de X ? ») pour vous tenir éveillés et que les réponses figurent sur des panneaux un kilomètre plus loin…

« Stop. Revive. Survive ». C’est la signalisation qui rappelle de s’arrêter pour prendre un café ou faire une sieste si on est fatigués. A notre tour de vous proposer la liste des plus beaux STOPS de notre épopée australienne (liste non exhaustive)…

image

Plongée sur la Great barrier reef (grande barrière de corail), indispensable dans le CV d’un plongeur ! - Queensland
La sortie a été à la hauteur de nos attentes : malgré une remontée express en cours pour retrouver une plongeuse égarée, on aura pu observer de très près ce qui fait la réputation de cette merveille de la nature. Les coraux sont colorés, énormes et très différents les uns des autres. On en prend plein les yeux, comme dans les reportages de Mr Cousteau ! :)

image

Whitehaven Beach : pas besoin de Photoshop, c’est juste la carte postale parfaite ! - Queensland
On a beau chercher, il n’y a aucune imperfection sur la splendide Whitehaven Beach, joyau des Whitsundays Islands… Vue de haut, elle laisse sans voix. D’ailleurs, les photos devraient faire un effet similaire… Alors ? Et oui, il s’agit de l’endroit au monde où le sable est le plus pur (98% !) et donc d’un blanc incroyable. Il faut le voir pour le croire, vraiment… 

image

image

Fraser island, une île pas comme les autres- Queensland
30 personnes dans 4 4x4 accompagnées par 1 guide fou pendant 3 jours, ça donne un mélange détonnant… On retiendra la beauté du Lac McKenzie (et l’eau GLA-CEE !), la vue sur l’immense plage depuis l’Indian Head, la descente effrénée dans Eli Creek, le saut dans les Champagne pools, la rencontre avec Maria et Marco et surtout la conduite sur la plage, dans le sable et les creux causés par l’océan… Epique ! 

image

image

image

Surfers paradise & Coolangatta : paradis de la glisse – Queensland / New South Wales
Les plages d’Australie sont parmi les plus belles au monde. Bordées de cocotiers ou de forêts, elles s’étendent à perte de vue. Les Australiens ont su préserver les richesses offertes par la nature sans les dénaturer. Exception faite peut-être de Surfers paradise (oui, ceci est le nom d’une ville) où la plage est bordée de buildings et de magasins de surf. Un contraste tout à fait saisissant qui a son charme (si si !). Dans la petite ville de Coolangatta, quelques kilomètres au sud,  ce sont les surfeurs eux-mêmes qui nous offrent le spectacle. Un cliché australien dont on ne se lasse pas ! 

image

image

image

Byron bay, la Gold Coast à l’état brut – New South Wales
Un phare d’un blanc immaculé, l’océan déchainé à perte de vue, le soleil et le ciel bleu au rendez-vous, un vent à décoiffer un chauve (nouvelle expression…), il n’en fallait pas plus pour faire de ce stop à Byron Bay un des souvenirs les plus marquants de cette région ! L’Australie compte beaucoup d’endroits où la nature règne en maître et la pointe la plus à l’est du pays en est un exemple des plus stupéfiants ! 

image

En Australie, l’espace, ce n’est pas ce qui manque ! Le pays (plus grand que les Etats-Unis) compte seulement 22 millions de personnes (contre 350 aux States !). Alors forcément, on ne se marche pas dessus… Les parcs nationaux jalonnent la côte est et sont l’occasion de magnifiques balades.
En avant MARCHE ! 

image

Hat Head National Park, la nature en toute simplicité – New South Wales
Quelle superbe randonnée on s’est offert dans ce parc naturel ! Entre végétation et océan, le panorama, qu’on a eu la chance d’observer sous le soleil, a des allures de cartes postales (comme souvent en Australie !). On se souviendra aussi du pique-nique au bord de la rivière rouge (couleur due au tanin libéré par les tea trees) et du footing (l’unique du voyage !). Un parc national qui gagne définitivement à être connu !

image

image

Blue Mountains National Park, le vide pour plancher – New South Wales
A seulement 70 km de Sydney se trouve l’un des plus beaux parcs nationaux d’Australie. Les Blue Mountains, qui doivent leur nom à la brume bleutée dégagée par les milliers d’eucalyptus présents sur les lieux, forment un ensemble de gorges et canyons tous plus impressionnants les uns que les autres. Attention, personnes sujettes au vertige, s’abstenir ! Les falaises plongent à pic et depuis le point de vue sur les fameuses « Three sisters », on ne descend pas moins de 900 marches pour aller toucher le sol ! 

image

image

image

Great ocean road, la plus belle route côtière du monde – Victoria
C’est probablement un des moments qu’a du préférer Polo. Oui Polo, notre van. Parce que dans la vie d’un quatre roues, parcourir la Great Ocean Road, c’est mieux que le circuit de Monaco ! Du kiff en barre si vous voyez ce qu’on veut dire… Des eucalyptus, des vagues, des rochers, des falaises, du soleil, what else ?! Surtout quand on rencontre sur la route des perruches qui viennent vous manger dans la main et un koala en train de crapahuter (sachez qu’un koala dort 20h/24 alors quand on en voit un, qui plus est éveillé, on croit rêver !). Le clou du spectacle aura été la nuit passée sur un terrain de foot reconverti en camping minimaliste où une cinquantaine de kangourous avait élu domicile ! Pincez-nous, on rêve !

image

image

image

La route qu’on parcourt ne serait rien sans les PERSONNES qu’on y rencontre. Les gens qu’on a croisés ont réellement fait de cette étape australienne une des plus conviviales de notre voyage. Le « Aussie spirit », c’est tout un art qui mériterait de traverser les frontières…


image

Accueillants et patients. Avenants et curieux. Polis et gentlemen. En deux mots, easy going. Les Australiens font partie de ces personnes qu’on croit parfois en voie d’extinction mais qui vous redonnent foi dans la nature humaine. Oui, rien que ça.Tout est simple avec eux, on a le temps pour aider les autres, on explique les choses de 10 manières différentes si besoin, on s’excuse si on n’a pas compris notre accent (le monde à l’envers !)… Bref, tout est fait pour que les gens se sentent à l’aise. On pourrait vous citer une dizaine de situations, mais voici quelques anecdotes qui ont rendu notre voyage vraiment…humain : il fait nuit, vous êtes fatigués et vous trouvez porte clause dans le camping où vous comptiez passer la nuit… Bad. Oui mais ça, c’était sans compter sur Linda, la propriétaire des lieux, qu’on arrive à avoir au téléphone et qui nous offre gracieusement un emplacement, l’électricité et toutes les commodités qui vont avec. For free, oui vraiment ! Cerise sur le gâteau, le camping est en fait un lieu nudiste où les douches (mixtes) n’ont ni rideau, ni porte. Une expérience inédite, merci Linda !
Deuxième anecdote : Phil, on le rencontre en observant un tournoi de bowling (rien à voir des quilles qu’on dégomme, ici, c’est un sport d’extérieur qui ressemble davantage à la pétanque). Il apprend qu’on cherche des endroits pour camper gratuitement et, comme ce n’est pas chose aisée dans la région, il nous propose de garer notre van dans son jardin pour y passer la nuit. Quelques heures plus tard, on débarquait chez lui ! On lui avait seulement parlé 5 minutes… Incroyable non ?
On pourrait citer également Peter Alex, cet australien qui n’hésite pas à se serrer davantage sur son emplacement de camping pour nous laisser de la place et avec qui on a finalement passé une bonne partie de la soirée, ou encore cette serveuse de Melbourne qui, en plein rush, prend le temps de nous faire gouter 4 bières différentes pour qu’on choisisse celle qu’on préfère…
Mais on voudrait surtout profiter de cet article pour remercier Mikey, qui nous a hébergé à Sydney, fait découvrir des restaurants et régalé avec ses morceaux de piano ; Peter et son français qui nous a bien fait rire avec ses blagues salaces et Ric, qui nous a cuisiné les meilleures gambas qu’on ait mangées !
MERCI Mesdames Messieurs les Australiens pour ces moments de partage en toute simplicité !

image

image

Les milliers de kilomètres parcourus entre Cairns et Melbourne auront été ponctués de paysages à couper le souffle, de plages qui n’en finissent plus, d’animaux incroyables et de rencontres étonnantes.
C’est dans ces conditions qu’on comprend vraiment que la destination importe peu : c’est le voyage qui compte. A méditer.

image


13 Sep 14
1 note Reblog Comments

La vie en van ! Merci Polo ! 
Notre compagnon de voyage, alias Polo le van, méritait une place de choix sur le blog ! Voici donc un extrait des péripéties vécues pendant notre mois australien, des douches improvisées aux parties de poker, en passant par les petits-déjeuners ensoleillés et les nuits étoilées…

Tagged: van polo australie
10 Sep 14
1 note Reblog Comments

Un article photo spécial Asian food avec notre best of !
De haut en bas et de gauche à droite : 
Myanmar, les crèpes et les chips maison 
Thaïlande, les pad thaï et la glace à la coco surmontée de cacahuètes et d’ananas
Laos, l’assiette à moins d’un euro et les crèpes au nutella (ba quoi ?!)
Vietnam, la nourriture qu’on a préférée ! Sur la table, cau lao, white rose, et porc grillé… un régal !
Cambodge, cuisine locale à base de poisson, bambou, oeuf et les insectes (qu’on n’est pas prêts d’oublier !). On a adoré le amok (plat de poisson et sauce coco) mais on a perdu la photo du plat… On n’a plus qu’à essayer de le reproduire en rentrant !
Indonésie, Mie Ayam, plat à base de noodles et poulet, un régal et surtout le plat le moins cher qu’on ait mangé (0,60€ !)
Bon app !

Tagged: miam top asianfood