Les étapes...

Afrique

Namibie–Botswana–Zimbabwe. Circuit en 4x4 du 18 mars au 11 avril 2014. Aventure et sensations fortes…

Asie

Thaïlande-Birmanie-Laos-Vietnam-Cambodge-Indonésie. Du 12 avril au 9 août 2014. Plongée et riz à volonté !

Océanie

Australie-Nouvelle Zélande. Trip en van du Nord au Sud du 10 août au 12 octobre 2014. Roots’n roll !

Amérique latine

Chili-Argentine-Bolivie-Pérou-Brésil. Du 13 octobre 2014 au 11 mars 2015. Liberté et cours d’espagnol…

21 Juil 14

Grain de beauté

0 notes Reblog Comments

Miss France et Miss nationale, ça vous parle ? Jean-Pierre Foucault et Geneviève de Fontenay ? Vous avez peut-être entendu parler du très polémique concours des Mini miss ou du peu médiatisé Mister Univers ? Il existe même des concours de beauté pour chiens… Alors on s’est dit qu’en partant dans un des plus beaux endroits au monde, on allait, nous aussi, s’improviser jury et établir un classement…des plus beaux Temples d’Angkor.

image
Soyons clairs, on n’est ni historiens, ni architectes. Mais en 3 mois de voyage en Asie, on commence à avoir vu pas mal de temples et on a développé un sens critique bien à nous…  Ce qu’on préfère comme temples, ce sont les vieux, les délabrés, ceux qui sont plein d’histoire et dont les pierres sont inégales et abimées. A Angkor, on peut dire qu’on a été servis. Le site est immense et reflète la grandeur de l’empire Khmer entre le IXème et XVème siècle. Classés depuis 1992 au patrimoine mondial par l’UNESCO, les temples attirent plus d’un million de visiteurs par an et sont la principale attraction touristique du Cambodge. Munis d’un pass 3 jours, de vélos (ou tuktuk selon les jours et les kilomètres à parcourir…), nous voilà partis à l’assaut des vieilles pierres et on vous livre ici notre top 3 !

3ème place : Angkor Wat (« deuxième dauphin » ^^)

Présentation
Bâti au XIIème siècle, Angkor Wat est le temple le mieux préservé d’Angkor et le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, initialement hindou puis bouddhiste. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde.
L’avis du jury
Favori de la compétition, et pourtant…
Icône du Cambodge qui figure partout (billets, bières, drapeau…) et fierté incontestée des Cambodgiens, cet édifice religieux, le plus grand du monde, nous a laissé sur notre fin au premier abord. On avait tellement lu que c’était le plus beau, le plus impressionnant, une prouesse architecturale, qu’en arrivant face aux 5 tours qui le composent, on n’a pas eu le coup de foudre. Justement parce que notre imagination l’avait vu plus grand et plus impressionnant.
Oui, mais un favori livre toujours de belles choses à qui sait les regarder. Le deuxième jour de visite aux temples, nous sommes retournés à Angkor Wat pour y admirer le lever du soleil. C’est là que la magie a opéré ! Les couleurs se dessinent petit à petit et se reflètent dans l’eau des immenses douves du temple : une nouvelle journée nait sous le regard de ce monument de l’histoire cambodgienne. Un moment de poésie très matinal qui nous a réconciliés avec Angkor Wat. Une place sur le podium amplement méritée !

image

image

image

image

Vice champion : le Bayon (« premier dauphin »)

Présentation
C’est le temple central de l’ancienne ville d’Angkor Thom, capitale des souverains khmers au début du XIIIème siècle. Ce temple d’Etat symbolisait probablement le rassemblement de toutes les énergies du royaume et toutes les religions.
L’avis du jury
De loin, le Bayon ressemble à un amas de grosses pierres ; de près c’est la finesse incarnée. On se balade aisément sur les 3 niveaux de la construction, se sentant constamment observés et pour cause… Avec ses 54 tours (comme les 54 provinces de l’Etat d’époque) chacune sculptées de 4 visages souriants et regardants vers les 4 points cardinaux (soit 216 visages au total !), le Bayon veille ainsi sur la population du royaume et ne laisse aucun laisser pour compte. On se sent particulièrement à l’aise dans cet endroit bienveillant qui se transforme vite en labyrinthe. On y est retournés 3 fois. Juste pour être sûrs qu’on veillait bien sur nous… :)

image

image

image

image

And the Winner is… Ta Prohm ! (Mister Univers, Miss Cambodge et Temple d’Or – oui, c’est nouveau ! - en même temps)

Présentation
Une inscription sur le Ta Prohm indique que 12 640 personnes servaient dans ce seul temple. Mais ce n’est pas ce chiffre impressionnant qui en fait un endroit unique. À la différence de la plupart des autres monuments d’Angkor, le Ta Prohm a été laissé dans un état proche de sa re-découverte au début du XXème siècle. Beaucoup de travail a été nécessaire pour stabiliser les ruines et en permettre l’accès, afin de maintenir "cet état de négligence apparente". De nombreuses scènes de Tomb Raider avec Angelina Jolie et de Deux frères de Jean-Jacques Annaud y ont été tournées.
L’avis du jury
Le Ta Prohm, c’est un joyeux bordel, un mélange exquis de construction en pierres et de nature qui reprend indéniablement ses droits, comme pour rappeler qu’aussi grandioses soient nos édifices, elle sera toujours au-dessus. Le temple n’aurait pas le succès qu’il connait aujourd’hui si certains “fromagers” n’avaient pas envahis les lieux. Des fromagers ? Pas de faux espoirs, il s’agit d’un arbre ^^ Lorsque la France occupait le Cambodge à l‘époque de l’Indochine, on utilisait son bois pour faire des boites à fromage, d’où le nom ! Faut dire qu’avec une telle appellation, une place sur le podium était de toute façon acquise…
Mais soyons clairs, ce qui impressionne ici, ce ne sont pas de petites branches qui transperceraient un mur en quelques points… Non, ici tout est immense, disproportionné, une sorte de jardin pour Gulliver !  On a littéralement été fascinés par l’emprise de ces arbres gigantesques (jusqu’à 60 mètres !) et de leurs racines (aussi grosses que le tronc d’un chêne centenaire) sur la pierre : rien ne semble pouvoir leur résister. Si bien qu’on se demande comment de tels spécimens ont pu se nourrir pour devenir aussi imposants en poussant sur des murs !
L’endroit est surréaliste, jamais on n’avait vu une telle atmosphère se dégager de ruines, la magie des lieux n’a pas son pareil et c’est exactement ce qu’on était venu chercher à Angkor. Le Ta Prohm est de loin notre chouchou de la compétition ! Un concours qui a tenu toutes ses promesses…

image

image

image

image

image

Le jury tient évidemment à remercier l’ensemble des participants à ce concours de beauté, avec une mention toute particulière pour deux talents prometteurs : celui du Ta Som, temple paisible mais qui contient un des joyaux d’Angkor. La porte, sur laquelle on distingue encore des sculptures, est complètement enserrée  dans les racines d’un gigantesque fromager. Une des images les plus connues du site.

image

Enfin, le Neak Pean, minuscule construction entourée de quatre bassins d’eau (pour représenter les 4 océans de la planète), servait pour les rites de purification. Rien d’extraordinaire en soi, si ce n’est qu’aujourd’hui la végétation a élu domicile dans les bassins et qu’avec le soleil, les couleurs et le reflet des arbres offrent un spectacle des plus agréables à regarder et qui sort du commun à Angkor.

image

Un remerciement aussi tout particulier à notre tuktuk driver, Tim, cambodgien au grand cœur, touchant et volontaire qui s’efforce de pratiquer son français. « Grâce » à lui, on a même pu (enfin !) gouter aux insectes et au serpent dans un marché non loin des temples. Et oui, les bonnes adresses comme ça, ça ne se trouvent pas dans les guides ! Une belle rencontre soldée par un déjeuner local à Siem Reap.

image

Comme dans toute compétition, il y aura toujours des déçus de ne pas monter sur le podium, mais bon comme on dit, l’important c’est de participer ! ^^ Et puis, le jury change chaque année alors si vous voulez postuler, on vous conseille vivement ce job, c’est plutôt sympa… Angkor se dévoilera toujours sous un visage différent à qui viendra découvrir ses richesses et ses mystères. Alors n’hésitez pas à venir apporter votre pierre à l’édifice ! ;)

image

6 Juil 14

Je t’aime moi non plus

0 notes Reblog Comments

Notre expérience au Vietnam, c’est un peu comme un mariage (ça tombe bien c’est la saison !) : pour le meilleur et pour le pire… On a été éblouis par la beauté et le caractère exceptionnel des paysages du Nord et déçus par le comportement de certains Vietnamiens, qui ne sont pas les personnes les plus agréables ni les plus honnêtes rencontrées en Asie… Même si faire des généralités seraient fausser la réalité. 

Mais voyager au Vietnam, c’est aussi s’intéresser à la douloureuse histoire du pays, colonisé par la Chine, puis par la France et attaqué à plusieurs reprises par ses voisins. C’est aussi découvrir le personnage d’Ho Chin Minh (on ne peut pas le rater, il est partout !) et comprendre les traumatismes causés par la guerre contre les Etats-Unis qui a marqué les esprits. Et puis, séjourner dans les villes peut s’avérer très utile, notamment si on veut s’entrainer pour des slaloms : « Je la traverse la rue là ou pas ? Allez j’y vais, juste après la horde de scooters et avant les 50 voitures qui déboulent… ».
On a vécu ce trip du Nord du Sud du Vietnam comme de vraies montagnes russes émotionnelles avec de belles rencontres, de la tendresse, de l’agacement, de l’émerveillement, de la colère, de la compassion, de la fatigue… C’est un peu ça le mariage aussi non ?

Ce qu’on retient du Vietnam

image

Alex

  • Sapa, les rizières, Chocho, sa famille, son sourire… Mon meilleur souvenir du Vietnam ! Une expérience hyper dépaysante avec l’une des personnes les plus touchantes que j’ai rencontrée ;

  • La Baie d’Halong sous le soleil ! Les balades en kayak, la baignade, la nuit sur le bateau (ma première !), le lever du soleil et les rencontres internationales ;

  • Les grottes du Parc de Phong Nha, tout simplement incroyables ! Des merveilles de la nature parmi les plus impressionnantes qu’on ait vues ;

  • Le passage à l’hôpital d’Hué pour l’otite de Nico. Un vrai labyrinthe et une expérience inédite…

  • Les innombrables trajets en bus (mention spéciale pour le Hoi An – Ho Chi Minh de 25h…), l’expédition depuis le Laos pour rejoindre le Nord du Vietnam et la découverte des sleeping bus (de vrais lits dans un car, j’avais encore jamais vu ça !) ;

  • Hoi An, son charme, ses tailleurs, ses lampions, sa streetfood le long de la rivière et le massage d’avant bus qui fait du bien !

  • Les petites arnaques et mensonges de la part des agences de voyage, les prix (très) clairement gonflés pour les touristes et les très mauvais « échanges » avec les responsables des transports. On a probablement été aussi surpris d’être traités de cette manière en Asie que les « bus managers » ont été agressifs avec nous… Dommage car cela ternit un peu l’image que l’on garde de ce si beau pays ;

  • Le musée des souvenirs de guerre à Ho Chi Minh… ou comment halluciner face aux atrocités commises par les USA (oui parce qu’évidemment - ou pas - il n’y a que les massacres commis par les Etats-Unis qui sont présentés) sur les populations civiles lors de la guerre du Vietnam. On va avoir du mal à se sortir de la tête les photos des enfants déformés par le napalm… Une page de l’histoire du pays encore très présente dans les esprits ;

  • La découverte du delta du Mekong en compagnie de…50 personnes ! Quelle erreur d’avoir opté pour un tour de 3 jours avec une agence pour découvrir la région la plus peuplée du Vietnam… Mais un « homestay », un marché flottant et des rencontres très sympas !

  • La gastronomie vietnamienne, raffinée, fraiche, variée : cau lao, white rose, sandwichs, viande grillée… sans oublier les magnifiques, les incontournables, les énormes LITCHIS ! Les meilleures que j’ai jamais mangées !

  • La mission pour traverser une rue… Je me suis demandée pourquoi des passages piétons avaient été tracés sur le bitume. Ils ne servent strictement à rien. Les automobilistes ne s’arrêtent JAMAIS, ils préfèrent contourner l’obstacle (nous). Donc au final, autant leur faire confiance, avancer (prier) et ne surtout pas reculer ^^ Un exercice auquel on a pris goût et avec lequel on s’est finalement bien amusés malgré l’infernale effervescence  des grosses villes :)

image

Nico

Le Vietnam se sera révélé comme un des plus beaux pays asiatiques en termes de gastronomie et de paysages. Quelle diversité !

Que ce soit Hanoï, Ho Chi Minh ou encore Hué, j’ai été marqué par l’énergie débordante de ces villes qui sont en perpétuelle évolution. On sent bien la croissance à deux chiffres…
J’ai adoré le Vietnam pour toutes ces raisons et malgré quelques points négatifs ça restera un des pays phares de notre itinéraire en Asie du Sud-Est.

Je retiendrai : 

  • Le trek à Sapa, la rencontre des minorités et surtout les moments passés en compagnie de ChoCho et sa famille. Pas évident de couper du bois à la hache :D

  • Cette incroyable couleur verte des rizières en terrasses et leur culture avec les buffles et les attelages en bois ;

  • Quelle surprise de découvrir ces grottes inscrites au patrimoine de l’UNESCO ;

  • La Baie d’Halong, les balades en kayak, les baignades dans la baie et le match de l’équipe de France sur le bateau, moment unique pour moi ;

  • Les balades en scooter dans les campagnes vietnamiennes, ce coup ci nous ne sommes pas tombés :)

  • La nourriture raffinée et riche en gout. J’ai même tenu un stand à une époque ;)

  • La beauté de la ville de Hoi An et tous ses tailleurs ;

  • Le capharnaüm lorsque tu traverses la route, Paris c’est la province à côté. Beau challenge à relever !

  • Les différentes rencontres faites durant notre trip : Sofie, Brian, Riccardo, Francesca, Mathias, Timo, Marian…

  • L’histoire de ce pays qui a eu tellement de guerre et qui est très souvent sorti vainqueur. Il manque la partie Asie dans notre programme scolaire je pense.

Je ne retiendrai pas : 

Oui parce que, comme dans tous les pays qu’on a visités, il y a toujours un bémol, et puis aussi parce que je reste Français et qu’on aime bien râler alors je ne retiendrai clairement pas l’ « accueil chaleureux » des Vietnamiens. Le cauchemar dans les bus et les prestations de services, que l’on qualifiera de compliquées, m’ont appris à prendre sur moi et à garder mon calme… 

image

Tagged: vietnam
6 Juil 14
0 notes Reblog Comments
You speak a good English. I mean…for French people…

Un compliment ? Really ?
Marian, Dutch friend met in Mekong delta

4 Juil 14
0 notes Reblog Comments

Les villes vietnamiennes.
En vrac : Hanoï, ses bières fraîches et sa circulation tentaculaire, Hué, l’ancienne cité impériale, Hoi An, le charme, la plage et la bonne bouffe, Ho Chi Minh, son musée des souvenirs de guerre et ses grands buildings et ses boutiques de luxe…

30 Jui 14
0 notes Reblog Comments

Le parc national de Phong Nha au Vietnam (classé au patrimoine mondial de l’Unesco) ou comment halluciner devant les plus grandes grottes du monde…
Les visites de la Phong Nha Cave en bateau traditionnel et de la Paradise Cave (ouverte au public depuis 2011 seulement) après une belle balade en scooter, nous ont impressionné. Les décors surréalistes qu’on y a découverts sont parmi les plus impressionnants d’Asie et incontestablement parmi les plus beaux qu’on a pu voir dans notre voyage… Qui aurait pensé qu’on resterait bouche bée devant des grottes ?

29 Jui 14

Halong Bay, tourists or not tourists ?

0 notes Reblog Comments

Véritable must do du Vietnam, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994 et figurant parmi les 7 merveilles naturelles du monde, la Baie d’Halong ne laisse personne indifférent.
Afin d’en profiter pleinement, on a décidé de casser la tirelire et de s’offrir trois jours en mer dans la baie et ses environs… On ne visite pas la Baie d’Halong tous les jours non plus ! La beauté des lieux en fait un endroit particulièrement touristique et donc très fréquenté. Même si, comme nous le confiait notre guide, les tensions actuelles avec la Chine (et bien présentes dans les esprits) réduisent considérablement le nombre de visiteurs chinois, l’arrivée au port d’embarcation de la ville d’Halong a comme des airs de Disneyland (pour le monde, pas pour le décor…). A ce moment là, nous sommes ravis d’avoir opté pour une agence (Ethnic Travel) dont le principal argument commercial est de proposer des excursions et activités loin des sites trop touristiques. Une fois sorti du port, le bateau ne croise plus les immenses ferries où grouillent des dizaines (centaines ?) de touristes : parfait !
Un point pour nous. 

image

C’est avec les huit jeunes qui ont embarqué avec nous (melting pot assuré : Canadiens, Colombiens, Italiens, Autrichiens, Allemands et bien sûr Vietnamiens)  que nous découvrons cette merveille de la nature. Pas facile à décrire… mais on va quand même essayer :

  • Tentative n°1 : la légende. Un dragon géant en chemin vers la mer aurait, par des battements de queue entaillé les montagnes et créé vallées et crevasses. Lorsqu’il plongea enfin dans les flots, le tout s’emplit d’eau, ne laissant immergées que les îles que l’on voit aujourd’hui. Ha Long signifie ainsi « là où le dragon descend dans la mer ». Ca vous parle ?
  • Tentative n°2 : la thèse scientifique. Une épaisse couche de sédiments s’est formée à l’ère primaire. Les mouvements de la croûte terrestre l’ont ensuite fracturée et le retrait de la mer l’a exposée à l’action de l’érosion. La pluie et des rivières souterraines ont alors creusé de nombreuses grottes. L’effondrement de certaines grottes a complété la formation du paysage. Vous suivez ? 
  • Tentative n°3 : les photos ! C’est mieux ?

image

image

image

image

Au programme de ces premières heures très ensoleillées, kayak au milieu d’un village de pêcheurs avec les maisons sur pilotis on ne peut plus rustiques, séance photos dans ce décor de cinéma et farniente sur le pont du bateau ! On a connu pire… Ah oui, et comme l’équipe de France dispute cette nuit son premier match de Coupe du Monde contre le Honduras, Nico chouchoute l’antenne TV pour pouvoir regarder cette victoire en live (à 2h du mat…) ! Dommage que le coucher du soleil soit derrière la crique dans laquelle nous allons dormir… Eviter les touristes a parfois des inconvénients ; oui parce que finalement s’il y a beaucoup de monde à certains endroits, c’est certainement qu’ils valent le coup ! 

Un point pour les ferries bondés.

image

image

image

image

Le lendemain, on prend la direction de la Baie de Bai Tu Long, réputée aussi belle que la Baie d’Halong et moins touristique. A nos yeux, la plus connue des deux a quand même une petite longueur d’avance sur sa voisine : bien que toujours constituée de roches karstiques (nous aussi on peut jouer aux experts), Bai Tu Long est moins déchiquetée et a plus des allures de montagnes couvertes de forêts. On deviendrait pas un peu difficiles nous ? 

image

Cette nuit, pas de cabine dans le bateau, mais une chambre (ou plutôt un four) sur l’île de Quan Lan. Encore une fois, nous sommes les seuls touristes, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Au cœur de l’attention au bar du village, un Vietnamien nous offre même du poulpe séché pour nous remercier de visiter son pays ! Mais de rien, il ne fallait pas vous sentir obligé monsieur… On doit vraiment laisser l’assiette sur la table par contre ? Parce que ça parfume l’atmosphère ces petites bêtes là… ^^
La suite et fin de l’excursion (vélo et plage) n’est pas vraiment à la hauteur de la première journée passée à Halong, alors on ne vous embête pas avec ça ! Mais sachez quand même que c’est pour l’instant au Vietnam, et précisément sur cette île du Golfe du Tonkin, qu’on a vu les plus grosses araignées de notre voyage ! Oui, ça méritait d’être notifié…

Finalement, c’est sur une égalité que le match « Option non touristique – Ferries bondés » se termine. La Baie d’Halong ne serait peut-être pas ce qu’elle est aujourd’hui sans son flot de visiteurs quotidiens. On a regretté de ne pas avoir vu les plus belles grottes de la Baie et d’avoir raté le coucher du soleil. On a adoré avoir cette merveille pour « nous tout seuls », faire du kayak au milieu de ce décor splendide et observé le lever du soleil.  
La Baie d’Halong mérite indéniablement les éloges qu’on peut faire sur elle et n’a probablement pas son pareil. Le nord du Vietnam regorge de paysages différents mais tout aussi magnifiques les uns que les autres, que la basse saison touristique permet de visiter presqu’en toute tranquillité. On aurait bien envie de jouer les prolongations…

image

26 Jui 14

Good Morning Vietnaaaam !

0 notes Reblog Comments

Si nous n’avions pas eu de très bons échos de Sapa, petite ville de montagne tout au nord du Vietnam, elle n’aurait probablement pas été la première destination de notre périple vietnamien. Il faut dire que pour rejoindre Sapa depuis le Laos, c’est un peu mission impossible… Depuis Muang Ngoi (dernière escale au Laos), il nous aura fallu prendre un bateau et trois bus, se frayer un chemin dans un car prévu pour 30 personnes et où il y en a évidemment le double, faire avec l’agressivité des Vietnamiens responsables des transports et avec la télé/musique dans le « sleeping bus » (après tout pourquoi éteindre les lumières et la télé quand les passagers essayent de dormir ?!!! Grrrrr…), résister à la route en piteux état et subir une mousson des plus matinales à notre arrivée… Heureusement, le jeu en vaut vraiment la chandelle ! Comme si ces péripéties étaient faites pour apprécier d’autant plus les bons moments qui nous attendent maintenant…

image

En compagnie de Sofie, danoise compagne de galère, et d’un petit-déjeuner salvateur, nous apercevons par la fenêtre du café un petit bout de femme qui marquera notre séjour à Sapa, notre voyage au Vietnam et, on le sait déjà, notre tour du monde.
Un sourire après la tempête… Du haut de son mètre cinquante et avec un enthousiasme non dissimulé, cette Hmong (prononcez « Mong ») nous propose un trek avec elle dans les montagnes. Bingo, c’est pile ce que nous cherchons ! Car Sapa, jolie ville au demeurant, est surtout réputée pour ses treks en compagnie de minorités ethniques (très présentes dans cette région frontalière avec la Chine). Départ le lendemain pour 3 jours de randonnées avec Sofie et notre guide, Chocho !

image

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a bien rentabilisé nos chaussures de randonnée ! Incroyable trek que celui qu’on a pu faire dans ces splendides montagnes : équilibre sur les rizières en terrasses, glissade dans une allée de bambous, traversée d’une cascade… et dire que Chocho ne jure que par ses tongs en plastique ! Et parce qu’au Vietnam, le scooter est un peu comme…greffé aux fesses des habitants, on s’offre une partie du trek du deuxième jour en 2 roues. Mais ça, c’était sans compter les travaux sur la route, la boue (enfin la marre de boue) qui transforme les deux roues en luge ou encore la crevaison du scooter de Sofie : la base… Les « transports » au Vietnam s’annoncent épiques (et ce n’est que le début !).

image

image

image

image

Si les journées de trek que nous avons passées aux alentours de Sapa ont été formidables par les paysages qu’elles nous ont fait découvrir (incroyables rizières en terrasses ! C’est fou comme on peut être émerveillés par…des champs !), la rencontre et les échanges avec Chocho ont été une véritable parenthèse dans notre voyage et nous ont permis de nous immerger dans un monde loin, très loin de celui qui fait notre quotidien… Nous avons eu la chance de passer 2 soirées et nuits dans sa maison avec sa famille, bien loin des « homestays » proposés aux touristes qui se massent dans de grandes maisons du village.
L’arrivée chez Chocho mérite quelques lignes : 5h de marche et environ 200 photos de paysages plus tard, notre fine équipe arrive chez Chocho ! Sa petite maison nous parait sortie tout droit d’un conte tellement le décor dans lequel elle est plantée nous parait surréaliste : des rizières à perte de vue en guise de jardin, du cannabis dans le potager, un chat, deux cochons et trois corbeaux comme pensionnaires… Pincez-nous, on est en plein rêve là non ? 

image

image

image

Parce qu’elle est une femme exceptionnelle, Chocho mérite son petit paragraphe rien qu’à elle…
A 46 ans (elle en fait 60), elle est mère de 5 enfants et grand-mère de 3 garçons. Chocho ne sait ni lire, ni écrire, mais elle sait « blabla » comme elle dit, et surtout elle a appris l’anglais avec les touristes car à l’école c’est le vietnamien qu’on lui a enseigné (elle parle initialement le dialecte Hmong, mais si elle veut pouvoir échanger avec les autres minorités et les habitants de Sapa, le vietnamien est indispensable). Elle raconte avec le sourire comment un jour, alors qu’elle se promenait avec ses sœurs, son futur mari, qu’elle n’avait alors jamais vu, l’a « kidnappée » pour l’emmener chez ses parents et lui demander (enfin, lui imposer en langage occidental) de l’épouser. A l’époque, précise-t-elle, c’était comme ça, les filles ne choisissaient pas leur mari. Aujourd’hui, c’est différent, les mariages sont consentis. Enceinte malheureuse à 18 ans, Chocho voit l’histoire se répéter dans sa famille : deux de ses fils vivent encore chez elle et ses belles-filles ont donné naissance à 3 enfants. Elles ont aujourd’hui 18 et 19 ans, la plus jeune était enceinte à 15 ans. Alors Chocho, avec son « salaire » de guide qu’elle se fait avec les touristes comme nous, fait vivre toute cette petite troupe (les fils choisissent s’ils restent ou pas chez leurs parents et visiblement deux des trois fils de Chocho ont bien décidé de rester dans le cocon familiale). Son mari, ses fils et belles-filles ne font que quelques rares travaux dans les rizières ou au village mais n’ont pas de revenu fixe. Epouse, mère, grand-mère, guide, Chocho jardine, cuisine, coud, ne s’arrête jamais. Une femme admirable donc, qui donne sans compter, et dont on se souviendra autant pour son rire communicatif que pour ses pancakes en guise de petit-déj !

image

image

Sapa, ville la plus froide du Vietnam (bon il devait faire 27°C, on est encore loin du Pole Nord…), aura pourtant une place bien au chaud dans nos têtes et nos cœurs de globetrotteurs. Une entrée en matière des plus savoureuses, placée sous le signe du partage et du choc des cultures qui nous a permis de vivre un véritable rendez-vous en terre inconnue avec les Hmongs des montagnes vietnamiennes.

21 Jui 14

As de coeur…

0 notes Reblog Comments

Pays coup de cœur, le Laos nous aura offert un périple zen et ressourçant grâce à ses villages authentiques et à sa nature luxuriante. Mais aussi grâce aux Laotiens qui sont vraiment accueillants. On reviendra pour faire le sud du pays, qui n’était pas au programme mais qui semble, lui aussi, réserver de très belles surprises…

Ce qu’on retient de notre voyage au Laos

image

Alex

  • Le sentiment de calme et de non stress qui règne partout au Laos, dans les villes ou villages, pas de klaxons, pas d’agacement, pas d’agressions extérieures… On s’y sent bien, en sécurité, apaisés tout simplement ;

  • Les parties de billards et de cartes avec Sophie et Julien (vous saviez que jouer au billard pouvait être très dangereux et attirer de gros insectes… ?), le remplissage de l’assiette pour 10 000 kips (moins d’un euro, le repas le moins cher qu’on ait fait jusqu’ici !), les crèpes et Magnum de Vang Vieng (Julien je t’en dois un !), notre serveuse lady boy, le concours de tirs sur le terrain de basket sur la rivière de Vang Vieng, la balade en vélo pour rejoindre le Blue Lagoon ;

  • Toucher du doigt la « gastronomie » française grâce à Sophie et Julien et Sybille et Sylvain : oui, manger du fromage, du saucisson, du Nutella et boire une bouteille de vin, c’est un événement marquant… Merci les amis !

  • Luang Prabang, la ville où on peut manger des pizzas, des burgers, boire des mojitos mais aussi manger pour moins d’un euro, faire du shopping, trouver des cartes postales, des timbres ET la Poste, se faire faire des manucures pédicures, jouer au foot avec les locaux, entendre plus de fois « Waterfall Tuk Tuk » que « Sabaidii » (bonjour), boire un verre au bord du Mékong, flâner au marché de nuit…

  • La balade sur le Mékong avec des paysages vraiment incroyables, mais aussi l’arnaqueur de boat driver ;

  • Le petit coin de paradis à la cascade de Kuang Si d’où on surplombe tout le parc depuis la piscine naturelle… ;

  • Les points de vue incroyables. L’ascension bien rude pour accéder à celui de Nong Khiaw et l’arrivée au sommet, seuls au monde… Le viewpoint de Luang Prabang qui donne un aperçu incroyable de cette ville superbe, bordée par le Mekong, ponctuée de palmiers et entourée de montagnes…

  • La balade en scooter le long de la Nam Ou à Nong Khiaw, le jus d’orange acheté à la mamie du village et bu en sa compagnie ;

  • Le film sur la Secret War qui te fait prendre conscience d’une réalité ignorée (même si tu ne comprends rien au documentaire en anglais, les images sont plutôt parlantes…) ;

  • La balade dans la campagne autour du Muang Ngoi avec Sybille et Sylvain, les buffles, la mousson au village et le mec qui fume son opium ;

  • La gentillesse des Laotiens, leur curiosité (oui jeune homme, il s’agit bien d’un sifflet jaune fluo), leur calme et les petites Laotiennes avec leurs supers couettes et leurs bouilles adorables.

On est vraiment obligés de partir là… ?

image

Nico

Un Je t’aime” et un “Regret”

  • Loin de l’agitation Thaïlandaise et du brouhaha du Myanmar, nous avons découvert un pays naturel, calme et paisible… un coin de paradis entre montagnes et rivières ;

  • Paysages, douceur de vivre et sport m’ont convaincu de revenir faire le sud. Ba oui, on a du faire des choix et mettre de côté cette partie du pays… petit regret mais qui provoquera un nouveau voyage donc que du bonheur :D

  • Et puis on a beaucoup partagé dans ce pays, visite de Sophie et Julien mais également de mon ami d’enfance Sylvain accompagné de sa chère et tendre Sybille. Quel endroit rêvé pour se rencontrer et se revoir…

Si peu de temps mais tant de choses vécues, je retiendrai : 

  • Luang Prabang : une des « grandes » villes du Laos fortement influencée par la présence française, quelle classe et paisibilité… Etre dans une ville et se sentir comme à la campagne… tout ce que j’aime ;

  • Les chutes d’eau en cascade de Kuang Si et surtout le trek pour arriver au best spot ever (cf photo) ; 

  • Le saut de 5- 8 mètres dans le lagon bleu qui m’a encore plus donné envie de sauter en parachute ;

  • Le match de football avec l’équipe de notre conducteur de tuk tuk (Boun) contre une autre équipe laotienne. Match super sérieux puisque l’équipe perdante payait la location du terrain :)

  • Encore merci pour les restaurants offerts par les amis à Luang Prabang ! Et aussi le fromage, les saucissons et le vin que vous nous avez ramenés et qui nous ont redonné des forces pour reprendre notre régime de riz quotidien ;)

  • Le trek dans les rizières avec franchissement de rivières et pétanque à la clef, au fait on a gagné combien Sylvain ? :D

  • Le village de Muang Ngoi, seulement accessible par bateau avec tout le côté authentique du pays qui en ressort : 1h30 pour avoir des macaronis à la sauce tomate qui ont rendu malade 2 personnes sur 3… enfin le lendemain on était 3 sur 4 finalement ;)

  • La vue exceptionnelle suite à l’ascension du viewpoint de Nong Khiaw (50 minutes de montée abrupte entre marches, foret, arbres et rochers à 6h du matin…) ;

  • La balade en scooter dans la campagne laotienne et la rencontre avec la petite grand-mère nous proposant du jus d’orange chaud en nous racontant des histoires dans sa langue… :)

Je retiendrai surtout l’état d’esprit du pays, ce bien-être qu’on y ressent et ce désir d’y rester toujours plus… Si vous vous sentez proche du Burn Out, c’est THE PLACE TO VISIT ! 

image

19 Jui 14

En toute discrétion

0 notes Reblog Comments

C’est parti pour une semaine dans le nord du Laos, ses petits villages et ses montagnes. C’est aussi le moment de prendre une leçon d’histoire et une grande claque par la même occasion… Qui aurait cru que le Laos nous surprendrait autant par sa simplicité et sa quiétude ?  Qui aurait cru qu’on tomberait sous le charme de ce pays dont l’ambition affichée est de devenir une destination mondialement reconnue en termes de tourisme durable ?
Quatre petites lettres pour désigner ce si beau pays, c’est pas beaucoup !  A moins que…

L comme liberté.
C’est le sentiment qui nous a suivi pendant notre périple laotien. Et franchement, c’est pas désagréable ! Après-midi sur un scooter à sillonner les routes de montagnes et la vallée de Nong Khiaw, arrivée au sommet du viewpoint…seuls au monde, observation de nombreux papillons de la taille d’oiseaux qui ont élus domicile dans ces montagnes du nord, balade en bateau sur la Nam Ou pour rejoindre Muang Ngoi… C’est incroyable tellement c’est simple et reposant la vie ici !

image

image

image

image

A pour authentique. 
Pour schématiser, le nord du Laos, c’est moins rustique que le Myanmar, mais toujours très…authentique ! A l’image des routes empruntées dans cette région (pour arriver de Luang Prabang et pour rejoindre le Vietnam) qu’on pourrait qualifier tout simplement de…défoncées ! Et encore l’adjectif est bien trop faible si vous avez la chance (comme nous !) d’y rouler pendant et après une mousson (quoi des kilos de bouillasse sur les routes de montagnes c’est dangereux, vraiment ?!).
Mais l’authenticité a du bon ! A l’image de ces habitants toujours aimables, accueillants et accessibles. Une mention pour cette petite mamie habitant dans un village au milieu de…nulle part (non ce n’est pas le nom du village), qui nous emmène dans sa minuscule boutique pour nous proposer des jus d’orange pas frais (et vraiment chimiques) et qui reste assise par terre avec nous pour nous faire la conversation en laotien. Ou encore pour ces jeunes laotiens qui nous invitent à boire un verre avec eux et à poser pour leurs photos alors qu’ils improvisent un karaoké en pleine nature.
Le nord du Laos, c’est aussi visiblement très représentatif de la population : 44% a moins de 15 ans ! Et ici, on est accueilli dans les villages par des enfants ; ils sont partout, au moins la relève est assurée !
Ici, pas de détritus partout comme au Myanmar (on compare beaucoup ces 2 pays d’Asie mais c’est parce qu’ils sont assez semblables de part leur degré de développement et qu’on ne peut en rien les comparer à la Thaïlande très habituée au tourisme de masse) mais une nature luxuriante, comme si finalement les habitants (seulement 7 millions dans tout le pays !) n’avaient pas eu le temps de tout explorer et qu’ils vivaient en harmonie complète avec elle (au moins ce n’est pas une voisine trop bruyante…). 

image

image

image

image

O pour opprimé.
On l’a déjà dit, mais le Laos sait se faire discret. Qui sait exactement où le placer sur la carte s’il n’a pas pour projet de visiter le pays ?  Qui peut se vanter de connaitre la capitale du Laos s’il n’y a pas séjourné ? Et enfin, qui est au courant qu’il y a 40 ans, le Laos subissait la guerre du Vietnam de plein fouet (alors que c’était un pays neutre) et qu’une bombe tombait sur la tête des civils toutes les 8 minutes et ce, pendant 9 ans…? Pas beaucoup de gens malheureusement. Normal, cet épisode de l’histoire du pays a même pris le nom de Secret War. C’est en arrivant à Nong Khiaw que nous avons pris l’ampleur de ce qui devrait être montré aux yeux de tous : grâce à la diffusion gratuite d’un film dans un bar du village, on assiste ahuris à l’explication d’une telle injustice. Alors qu’officiellement, les Américains soutiennent le gouvernement neutraliste en place, la CIA et les forces armées s’installent sur le territoire laotien sur la base de Long Cheng et recrutent des Hmongs, minorité ethnique qui souffrira de famine (du fait de l’absence des hommes dans les rizières) et sera rejetée  pour avoir combattu auprès des Etats-Unis. Les communistes découvrent l’existence de la base et gagnent du terrain au Laos. Les Américains bombardent alors lourdement le Centre et le Nord du pays pour éliminer l’ennemi…et des milliers de civils par la même occasion !
Les grottes de Patok à proximité de Nong Khiaw n’ont rien d’impressionnant mais elles ont abrité les civils pendant ces bombardements incessants. De quoi avoir la chair de poule quand même…
Quand on voit le calme et la paisibilité des lieux aujourd’hui, on a du mal à croire que le Laos a été le pays le plus bombardé au monde toute période et toute guerre confondues (plus que l’Allemagne et Japon réunis lors de la Seconde Guerre mondiale)… Comme au Vietnam, on estime aujourd’hui qu’un tiers des bombes lâchées au Laos n’ont pas explosées. Elles continuent aujourd’hui de faire de nombreuses victimes parmi les populations locales.

image

image

S comme sportif. 
Amis de la nature, ici, c’est le paradis… Pour les fans de sport, il y a de quoi perdre quelques kilos de sueur dans ces magnifiques montagnes verdoyantes ! Rendez-vous notamment au viewpoint de Nong Khiaw : une vue imprenable sur la petite ville et la vallée qui nécessite une montée (très) matinale (pour éviter les grosses chaleurs, mais pas la mauvaise humeur de Nico ^^) d’une heure à travers les champs, la forêt de bambous et les arbres tortueux ! 
Et pour qui n’en n’aurait pas assez eu, on peut aussi se lancer dans une marche aux alentours du tout petit village de Muang Ngoi. Oui parce que si on reste dans le village, on n’use pas trop ses chaussures : il se résume en une « rue » de 500 mètres ! Comme un sentiment de bout du monde nous envahit quand on s’arrête un instant pour regarder la vie de ce village accessible uniquement par bateau… La boue qui est partout à cause de la mousson ajoute encore au côté rustique mais charmant de Muang Ngoi. Partis de bon matin pour une randonnée dans les villages « voisins » (quelques kilomètres, rivières et rizières les séparent quand même hein…) avec Sylvain et Sybille qui nous accompagnent dans ces derniers jours au Laos, nous voici de nouveau au cœur de paysages luxuriants, au milieu des montagnes, des champs et des buffles ! 
Heureusement, on se retrouve davantage en terre connue quand on débute une partie de pétanque à notre arrivée dans le premier petit village (qui sera aussi le dernier, une mousson aura eu raison de nous). Vous l’aurez compris, on peut faire toute sorte d’exercice au Laos…à condition d’avoir l’équipement pour (les personnes concernées se reconnaitront ^^).

image

image

image

image

Au final, cette escapade dans le nord du pays s’est révélée épique (trajets des plus mémorables dans les montagnes), relaxante et surprenante. De quoi tomber définitivement sous le charme du plus discret des pays d’Asie du sud-est…qui gagne à être connu !

9 Jui 14

Un Laos peut en cacher un autre

0 notes Reblog Comments

On ne s’attendait à rien. Pas parce qu’on n’avait pas réfléchi ou qu’on n’avait pas envie d’y aller. Non, si on n’avait pas d’attentes particulières en se rendant au Laos, c’est tout simplement parce que c’est un pays qui se fait très discret et dont on n’avait finalement que très peu d’échos (mais tous positifs !). Aujourd’hui on peut le dire : s’il est un des états les plus pauvres au monde, il recèle de richesses incroyables qu’il puise essentiellement dans sa nature luxuriante et ses habitants accessibles et authentiques. Ancienne colonie française, nous n’y avons pas trouvé beaucoup de points communs avec notre jolie métropole. Et c’est tant mieux, après tout, ce qu’on cherche nous, c’est le dépaysement !
Dépaysement qui a débuté par deux vraies surprises : en commençant notre périple par les villes de Vang Vieng et Luang Prabang, nous avons été très étonnés de trouver deux endroits où les touristes (peu nombreux en cette saison) rythment la vie des locaux sans paraitre les déranger. Mais surtout deux villes complètement différentes l’une de l’autre, Vang Vieng roots et sportive, Luang Prabang chic et raffinée…

image

Vang Vieng, la fêtarde déchue…
Ici, avant c’était un peu le Ibiza du coin. Après que l’alcool ait fait des ravages et provoqué des incidents mortels, le gouvernement laotien a règlementé les soirées dans la ville. Le nombre de bars, restaurants et guesthouses témoigne d’un endroit prisé des touristes venus des quatre coins du globe pour goûter aux joies de la fête en pleine nature. Contrainte de se reconvertir, Vang Vieng propose désormais bon nombre d’activités sportives dont des sorties en kayak qu’on ne s’est pas gênés d’expérimenter. Après une brève mais intense expérience de « tubing » (espèce de grosse bouée dans laquelle on s’installe sur l’eau pour se laisser flotter) dans une grotte sombre des environs, nous voilà partis pour une après-midi à ramer dans un décor à faire tomber les amoureux de la nature… Ajoutez à cela une escale dans un des bars qui longent la rivière (vestiges des soirées arrosées) et vous obtiendrez un après-midi entre amis parfait ! :)

image

image

image

Après avoir bien fait travailler nos bras en kayak, nous voilà partis le lendemain sur la selle d’un vélo pour une dizaine de kilomètres dans les chemins de cailloux menant au Blue Lagoon. Les paysages sont là encore incroyables de par leur contraste et le sentiment de sérénité qu’ils nous renvoient. Le sport, les potes, le soleil, les montagnes, la belle vie en somme !

image

image

image

image

Luang Prabang, la coloniale chic, classée au patrimoine mondial
Probablement la plus grosse surprise depuis notre arrivée au Laos. Luang Prabang, le petit bijou du pays que le Routard décrit volontiers comme étant « la deuxième ville du pays mais la première par sa beauté »  n’a pas finit d’étonner. Une ville aux rues impeccables, aux boutiques (et aux prix…) de standing parisien, aux maisons coloniales, aux restaurants raffinés, c’est quelque peu surprenant quand on commence à avoir un peu voyagé en Asie… 

Débarqués ici à l’aube après un trajet en bus de nuit dont on se souviendra, on a eu beaucoup de chance de tomber sur ce petit monsieur laotien parlant français qui a accepté de nous loger dans sa guesthouse pour 50 000 kips (4,5€ la nuit pour 2 personnes). Autant dire qu’ici, c’était presque inespéré…mais plus que bienvenue pour savourer pleinement la douceur de vivre qui règne à Luang Prabang.

image

Cinq journées, c’est le temps qu’il nous fallait pour visiter la ville, aller jusqu’aux cascades de Kuang Si (point de vue imprenable sur toute la vallée depuis la piscine naturelle tout en haut des chutes), faire un trip en pirogue (avec un chauffeur malhonnête) sur le Mékong jusqu’aux grottes de Pak Ou (là encore, le paysage est juste à couper le souffle…) et se prendre une mousson d’anthologie au retour, flâner et travailler son sens de la négociation au marché artisanal, remplir son assiette de spécialités culinaires pour moins d’un euro (mais aussi se faire inviter dans de bons restos par les amis ^^), et même faire un match de foot avec les laotiens pendant que madame s’offre une manucure…

image

image

image

image

image

Nous sommes totalement tombés sous le charme de Luang Prabang et le point de vue absolument magique sur la ville depuis le mont Phousi a finit de nous conquérir… Une lumière que jalouseraient les photographes, la rivière Nam Ou d’un côté, le Mekong de l’autre, les montagnes alentours et les maisons au toit orangé qui tapissent le sol : cette ville semble vraiment sortie de l’imagination de…quelqu’un qui aurait très bon goût ! :)

image

image

image

Vraiment bluffés par ces premiers jours au Laos, on n’a pourtant pas mis longtemps à se faire au rythme de vie reposant et à la douceur de vivre qui plane partout où on pose les pieds. Ami(e)s stressé(e)s par le travail, énervé(e)s par les transports, aigri(e)s par le mauvais temps, venez faire une cure de calme et de « zenitude » au Laos… Nous on en est sûrs, cette destination va très vite concurrencer vos cours hebdomadaires de yoga !

image

Tagged: laos mekong zen